BIM

Mise au point sur BIM et collaboration : précision, réutilisation, accessibilité et collaboratif

Lors de la conférence « Les défis du BIM, bâtiments neufs et existants » du 16 juin dernier, Emmanuel Di Giacomo (Autodesk), a mis en exergue tout l’intérêt du BIM en précisant bien qu’il s’agit avant tout d’un processus !

« Le BIM est une révolution car il impacte tout le cycle de vie du bâtiment depuis les premières phases – phases de planification-, en passant par les phases de conception, de construction, mais aussi de gestion et de maintenance » argumente Emmanuel Di Giacomo. Cette dernière phase est sans doute la plus importante car si l’on observe le coût global d’un bâtiment au cours de sa vie, elle représente entre 75 et 80 %. D’où l’intérêt de basculer vers un processus de type BIM.

Précision, réutilisation, accessibilité

Emmanuel Di Giacomo associe le BIM à trois termes clés :

  • « Précision ». Toutes les maquettes numériques – correspondant à chacun des métiers- fournissent des informations précises susceptibles d’être réexploitées ensuite pour diminuer les coûts de maintenance sur un projet par exemple.
  • « Réutilisation ». Créer une maquette numérique permettant une optimisation de la construction et une meilleure gestion des coûts n’est pas une fin en soi. Les données pourront aussi être réinjectées dans des systèmes ERP susceptibles d’optimiser totalement la vie du bâtiment.
  • « Accessibilité ». Le BIM est un processus numérique qui associé aux tendances actuelles comme le cloud, permettra d’accéder et d’exploiter les données bâtiment n’importe où, n’importe quand.

Un processus collaboratif

« Le BIM n’est ni un outil ni une base de données, ni un logiciel en particulier, c’est avant tout un processus, c’est une manière de collaborer entre tous les acteurs du projet. Ce qui apportera une optimisation à tout point de vue », précise M. Di Giacomo. Grâce à cette collaboration pluridisciplinaire, nous serons capables d’améliorer de manière conséquente les performances du bâtiment. Qui dit collaboration dit aussi capacité à échanger entre tous les acteurs du projet de manière interopérable, avec des formats ouverts. L’interopérabilité est une notion à toujours garder à l’esprit » insiste-t-il.

Un champ d’actions multiple

« Le BIM n’est pas restrictif » ajoute-t-il. En phase de conception, il permet la création de maquettes pour des bâtiments aux formes plus complexes et de décupler les variantes autour d’un seul et même projet. Le BIM permet également à l’architecte d’aisément transférer la maquette numérique contenant ses informations à :

  • l’ingénieur structure qui peut alors effectuer des calculs de performances structurelles ;
  • aux ingénieurs CVC, électriques et Bureaux d’études thermiques qui évaluent alors les performances énergétiques d’un bâtiment ;

D’autre part, il ressort de nombreuses études que le BIM est un plus en termes de communication. En effet, il permet de présenter clairement le déroulement d’un projet à la maîtrise d’ouvrage ou encore aux futurs utilisateurs d’un bâtiment.

La capture de la réalité, un outil complémentaire du BIM

Aujourd’hui 95 % du patrimoine français est concerné par la rénovation, et n’est pas saisi de manière numérique. La capture de la réalité et les nuages de points permettent alors d’accélérer la création de la maquette numérique pour tous les bâtiments existants à réhabiliter. «  Pour le théâtre lyrique de Milan qui date du XVIIIe siècle, nous avons été capables de recréer à partir de 550 nuages de points, une maquette BIM intelligente avec en son sein tous les corps de métier associés : architecturaux, structurels, électriques, toute la partie CVC. Ces relevés ont pris quelques mois, au lieu de six mois, un an », précise Emmanuel Di Giacomo. Il est à noter qu’un chapitre du Plan transition numérique du Bâtiment est dédié à la capture de la réalité. Il est en effet clair que cela représentera une part importante du passage au BIM en France.

Pour conclure, M. Di Giacomo note que le BIM redynamisera très certainement la filière BTP. Il a vocation à créer des emplois, puisqu’il donnera naissance à de nouvelles missions de Management du BIM.

 

 

 

Extrait du site Mediaconstruct

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.