La pénurie de matériaux qui sévit depuis plusieurs mois touche fortement le secteur du bâtiment, notamment les agences d’architecture.

1. Causes

La crise sanitaire est en majorité responsable de la situation. En effet, l’épidémie de la Covid-19, avec les différents confinements successifs, a entrainé l’arrêt forcé des usines de fabrication de ces matériaux, ce qui a provoqué un dérèglement logistique dans les filières d’approvisionnement.

La reprise de l’activité soudaine a également joué un rôle important dans cette crise, d’autant plus qu’elle est mondiale. En effet, la demande concernant les matériaux utilisés pour le bâtiment a explosé dans de grands pays industrialisés comme la Chine ou les États-Unis. Résultat : ce déséquilibre offre-demande contribue à l’augmentation des prix et à l’allongement des délais.

Le matériau bois est particulièrement touché. Il ne s’agit pas de la ressource de bois qui manque mais des délais de livraison et de production qui s’allongent. Les autres matériaux ne sont pas épargnées : l’acier (+ 32 %), le PVC (+ 30 %), le cuivre (+ 30 %), le béton, le mortier, la peinture, le verre, les composants électroniques, etc.

2. Conséquences

  • Une forte hausse des prix des matériaux et donc de la construction
  • Des délais de livraison prolongés
  • Des retards de livraison de chantiers

Un sondage réalisé fin novembre 2021 par le Credoc (Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie) pour le CNOA (Conseil National de l’Ordre des Architectes), révèle que la pénurie de matériaux a un impact important sur les agences d’architecture, aussi bien en phase de conception qu’en phase de réalisation, provoquant des surcoûts et des retards de chantier.
Ce sondage, publié début janvier 2022 par le CNOA, a été réalisé auprès de plus de 2 000 architectes (libéraux et salariés d’agences d’architecture).

Voici la synthèse qui en ressort, en quelques chiffres :

La pénurie de matériaux impacte aussi bien les marchés publics que privés. Cependant, les marchés publics semblent connaître une meilleure situation.

  • 29% des marchés publics sont fructueux ou avec un dépassement inférieur à 10%
  • 57% au contraire subissent des dépassements de 10 à 30%

« Près de 80% des appels d’offres lancés par les architectes auprès des diverses entreprises dépassent les prévisions financières », déclare le CNOA.

  • 66% des appels d’offres dépassent les prévisions de 10 à 30% selon les architectes
  • 13% des sondés affirment que les dépassements sont supérieurs à 30%
  • 22% en revanche notent des résultats lucratifs ou avec un dépassement inférieur à 10%

La crise des matériaux n’est pas la seule cause de ces surcoûts.

  • 71% des architectes affirment que la crise des matériaux est la première cause de ces surcoûts
  • 58% des sondés avancent que la surchauffe de l’activité en serait la deuxième cause, agissant simultanément avec la crise des matériaux
  • 12% des architectes pensent que la crise sanitaire n’est pas responsable de ces dépassements

La pénurie de matériau entraîne d’importantes conséquences sur les projets.

  • 45% des maîtres d’ouvrages cherchent à adapter leur projet afin de réduire les coûts
  • 22% mettent leur projet en attente, pour parfois même les abandonner
  • 32% des projets sont toutefois réalisés malgré les surcoûts

Les délais de la majorité des chantiers (les trois quart) sont perturbés par le manque de matériaux.

  • 55% des sondés affirment que leurs chantiers ont 10 à 30 % de retard par rapport aux délais prévus
  • 20% déclarent un retard de plus de 30%, avec parfois un arrêt des chantiers (quelque soit la taille du chantier)

Cette situation créé des tensions entre architectes et maîtres d’ouvrage (MOA), entrainant des difficultés de planning et des renégociations d’honoraires.

  • 38% des architectes disent faire preuve de compréhension dans leur relation de travail avec la MOA malgré les difficultés
  • 52% en revanche qualifient leur relation de « tendue » et 10% de « très tendue » (La situation semble toutefois plus apaisée en marchés publics)

« Pour la majorité des architectes, les difficultés liées à la pénurie de matériaux sont appelées à durer et les prix resteront élevés », affirme le CNOA.

  •  91% des sondés estiment que les difficultés se poursuivent et ne notent pas d’amélioration.
  • 51% des architectes avancent que la situation finira par s’améliorer (sans toutefois revenir à la situation d’avant-crise) à plus long terme
  • 42% en revanche n’imaginent pas d’amélioration et pensent que les prix resteront élevés

A bientôt sur le blog Aplicit!