bandoBIM

Convergence BIM-SIG

Depuis la fin de l’année 2017, Autodesk et Esri ont lancé un partenariat visant à rendre ArcGIS -un outil d’information géographique- et Revit -un outil de conception de bâtiment- interopérables et complémentaires.

Lorsque nous parlons de convergence BIM et SIG, ce qui est mis en avant est la notion de « Données », autrement dit, d’informations numériques appelés attributs. Dans ce partenariat, chacun des métiers garde son savoir-faire propre, mais grâce à l’évolution des logiciels, la réalisation de tâches jusqu’alors très compliquées voire impossibles est alors facilitée. L’enjeu est donc le partage, la mise en relation de ces deux bases de « données ».

ArcGIS est structuré comme une superposition, un empilage de « couches ». A chaque couche est associée une forme (point, ligne ou polyligne), un type de données (Cadastre, Bâtiments, …) et les attributs qui y sont liés. ArcGIS est organisé comme une base de « données » structurée.

Revit est structuré en familles d’objets paramétriques. Chaque objet porte un ensemble de données, graphiques bien entendu, mais aussi attributaires. Revit est lui aussi organisé comme une base de « données » structurée.

La maquette Revit est connectée en format natif dans l’interface ArcGIS et génère ses propres couches interactives (basé sur les familles d’objet). Les bâtiments géoréférencés (*) sont ainsi exploitables dans une interface permettant d’afficher l’ensemble d’une ville. Nous ne sommes désormais plus dans le BIM ni le SIG mais nous passons à l’air du CIM (City).

Dès lors nous sommes en mesure de lancer des requêtes en croisant plusieurs de ces « couches » venant d’origines diverses. Nous pouvons désormais effectuer des analyses en mixant des « données » ArcGIS et Revit. Dans l’univers des géomaticiens (expert SIG) nous parlons alors d’analyse géospatiale.

Cas d’usage :

Sur un site comme celui d’Airbus Toulouse (350 bâtiments), dont l’emprise est « à cheval » sur plusieurs communes, nous pouvons, en affichant les données cadastrales, les voiries ou encore les espaces verts ainsi que l’ensemble des bâtiments, en un seul clic calculer par commune :

  • L’ensemble des surfaces vitrées ;
  • Les surfaces industrielles et tertiaires ;
  • Le pourcentage de surfaces perméables ou imperméables ;
  • Etc…

Comme une image vaut mieux que mille mots, imaginez ce qu’une vidéo est capable de dire.

Je vous laisse donc découvrir la vidéo présentée lors du webinaire du mois de juin 2019 ci-dessous :

 

Le livre blanc Convergence BIM SIG est également sorti il y a quelques jours, vous pouvez y jeter un œil en cliquant sur le lien ci-dessous :

https://fr.calameo.com/read/000196594bd13c67a5ad5?authid=PjchewcYUUQM

Bon visionnage et bonne lecture

Sébastien D.

(*) prochainement un article sur le géoréférencement des maquettes dans l’environnement GIS.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.